Doulas en maternité
Les besoins des patients

Doulas en maternité : Un autre regard sur l’accouchement

J’ai l’immense honneur d’accueillir aujourd’hui sur mon blog, un article d’Anne-Christine. Cette personne dont je me sens très proche dans le sensible par nos approches de l’être, m’a faite découvrir un accompagnement incroyable dont je ne connaissais absolument pas le nom : La Doula. Riche de ses formations humanistes et de son expérience de vie, vous pouvez apprendre à la connaître sur sa page ma vie de Co-Nais-Sens … sa vision et sa perception de la naissance, de la maternité, de la femme. Je trouve que cet article a toute sa place ici, dans le prendre soin de l’autre et le soutien du soignant. Je vous laisse découvrir le fabuleux monde des Doulas.

Doula ?? Mais qu’est ce que c’est que ça ? Vous avez déjà peut être entendu parler d’Accompagnante à la Naissance ; c’est un terme similaire pour nommer cette personne : une femme qui a vocation d’aider une autre femme et son entourage pendant la grossesse, l’accouchement et la période post natale. Elle incarne cette figure féminine qui se tenait autrefois auprès de la femme qui met au monde son enfant. Par ses formations, ses connaissances, ses expériences, elle offre aux parents des temps d’écoute et de réflexions sur leurs souhaits pour faire des choix éclairés et vivre ces moments de maternité dans la Joie et non dans la Peur.
La femme qui vient en maternité mettre au monde son enfant est déjà bien entourée. Parfois trop. Sage(s)-femme(s), aide(s) soignante(s), gynécologue(s), puéricultrice(s)… parfois multipliés par 2 ou 3 en fonction de l’attente avant la mise en route du travail et des prises de garde. Malheureusement, à trop avoir d’interlocuteurs, on obtient souvent un accompagnement morcelé, souvent anxiogène. Alors, pourquoi ajouter une nouvelle personne ?

Pourquoi des Accompagnantes en maternité ?


Parce que l’accompagnante à la naissance est choisie et que ça change tout. A de rares exceptions (accouchement à domicile, plateau technique ou accouchement planifié), la femme qui accouche n’aura certainement jamais vu un membre de l’équipe médicale avant. Pourtant, ce moment, au cœur de l’intime, nécessite une proximité, une confiance, un abandon qui ne peut être donné qu’auprès de quelqu’un connu et choisi.
En amont de l’accouchement, la femme et la doula ont créé un lien, tissé de respect, de bienveillance, de compréhension, de non jugement. Ce n’est pas une inconnue. La doula ne “prépare” pas à la naissance. Elle donne des clés, corporelles et cognitives, pour que la femme réfléchisse à ce qui peut gêner son accouchement et à ce qui peut le favoriser. La doula offre un temps de présence et de réflexion pour que le couple détermine ce qu’ils veulent vraiment.

Et le papa me direz vous ? Il est là lui ! Et choisi 😉
C’est vrai. Mais pour lui aussi c’est un grand moment : il devient père. Le poids des exigences tombe sur lui à ce moment là : il faut qu’il assure et rassure sa compagne, sans vraiment savoir à quoi s’attendre, sans vraiment savoir ni quoi ni comment faire, au milieu de multitudes d’émotions. Sans transmission auparavant, il risque d’être submergé par la peur et l’impuissance face à ce qui arrive.
Alors oui, il y a des papas désireux de ne pas être présents en salle de naissance et leur choix mérite respect et gratitude. Au lieu d’être dans un endroit sans leur consentement, alors même que leurs craintes, leurs angoisses peuvent se transmettre à leur femme, ils préfèrent assumer et laisser leur femme vivre dans la Joie ce moment si particulier.
Il y a des accouchements très longs pendant lequel le papa aimerait bien aller prendre un café ou faire une pause physiologique mais dont la femme lui serre tellement la main que s’il part, il y laissera un membre 😉 . Il y a aussi des femmes qui préfèrent ne pas vivre cela avec leur conjoint. Loin d’un rejet ou d’un désamour, elles ne veulent pas que leurs conjoints les voient dans des positions incongrues, émettant des bruits bizarres. Elles veulent une liberté qu’elles ne pourraient avoir en sa présence.
Et il y a aussi des mamans solos qui ne veulent pas vivre ce moment seule avec des inconnus.

Donner la main pour traverser l’épreuve






Alors oui, certaines femmes veulent leur doula avec elle à la maternité. Pour pouvoir être rassurée, pour avoir une présence continue, pour avoir une main à serrer.
En France, l’accouchement est considéré comme normal a posteriori, contrairement aux préconisations de l’OMS qui le considère comme normal a priori. L’accompagnante à la naissance remet cette notion dans le cœur de la femme pour garder cette vision de l’enfantement dans la Joie et la confiance. Il est des endroits comme le Québec où les accompagnantes font parties naturellement du moment de la naissance.
La doula ne compte pas le temps des contractions, ni le nombre. Peu importe. Elle rappelle la respiration, la mobilité, l’intériorité, le sourire, l’attente sacrée.

Etre Doula, c’est juste Etre et apporter de la Joie, de l’Ecoute et de la Bienveillance

La mise au monde d’un enfant est un événement à traverser et le voyage peut être tumultueux. Parfois très long, parfois très court, il est toujours très intense si la femme accepte de plonger dans ses ressentis. Elle y rencontre alors des peurs, des angoisses, elle y croise la solitude, elle côtoie son passé, ses aïeux… La doula se joint à cette femme pour aller où elle va, en même temps qu’elle. Elle ne la guide pas. Elle marche à ses côtés pour qu’au milieu de la tempête, la femme sache que le port n’est pas loin. Etre doula, c’est avoir travaillé sur ses peurs, sur ses croyances. C’est avoir confiance en la vie. Accepter ce qui arrive sans juger ni prédire des conséquences. C’est rappeler sans cesse à la mère que l’accouchement est un processus naturel et qu’elle a les capacités de le faire.

Quand les sages femmes volent de salle en salle, la doula reste. Elle est complémentaire. Elle n’a pas de formation médicale, elle ne s’occupe pas de cette aspect là. Sa mission est d’une simplicité à la fois banale et unique. Elle pose des compresses chaudes, froides, elle aide la femme dans les postures, elle la masse, elle la réconforte inlassablement sans jamais la quitter quoi qu’il se passe… Elle est concentrée sur les besoins de cette femme, pour qu’elle puisse au mieux accéder à ce passage initiatique qui la transforme en mère. La connexion entre doula et sage femme peut être un merveilleux cadeau pour la future mère. Juste une simplicité et une disponibilité nécessaires pour que la femme puisse traverser tous les moments difficiles sans être seule.

En France, les portes des maternité s’ouvrent peu à peu aux doulas. Comment refuser la présence de quelqu’un souhaité par la femme qui accouche alors même qu’elle va vivre un des moments clés de son existence ? Pourquoi les maternités se priveraient d’une telle aide ?
Plusieurs études, (dont une méta analyse de juin 2007 réalisée par la faculté de médecine de l’université de Montréal), ont démontré que la présence continue d’une personne bienveillante auprès de la femme enceinte réduit les risques de 26% de césarienne, de 28% de péridurale, de 41% de forceps ou ventouses et augmentent le ressenti positif de la naissance, diminuant par la même occasion le risque de dépression post partum.

Dans une maternité, le seul objectif d’une doula est d’apporter confort physique et soutien émotionnel à la femme qui accouche. Parce que le degré de satisfaction qu’éprouve une femme par rapport à son expérience de la naissance, a un impact direct sur sa capacité à materner et à créer un environnement social sain pour son enfant et sa famille.

Nous avons parfois peut être tendance dans notre société à banaliser la naissance. Redonnons lui sa place initiatique et remettons la Femme au cœur de cet événement.

Et vous, que pensez vous de cette présence ?

Anne-Christine du blog chemin de naissance.com

Partager, critiquer, liker :
  •   
  •   
  •  
  •   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :