Les besoins des patients

Les 5 choses importantes à savoir quand on passe un scanner ou un IRM

Scanner

Aujourd’hui, scanner et IRM sont des examens prescrits de façon régulière et chacun peut un jour se retrouver en situation d’aller passer ce type d’examen. Devenu banal, nous oublions parfois que pour une personne qui vit pour la première fois une scanner ou un IRM, cela peut être impressionnant, voir angoissant.

Nous allons donc nous pencher sur les 5 choses essentielles à savoir lorsque l’on passe ce type d’imagerie médicale.

L’IRM : 

IRM

IRM veut dire : Imagerie par Résonance Magnétique. Mais quésaco ?

Alors le principe de fonctionnement est assez complexe et franchement, à part si vous voulez faire un exposé scientifique sur  la mesure du signal réémis par les atomes d’hydrogènes lorsqu’ils sont soumis à un champ électromagnétique, je ne vois pas en quoi la compréhension précise du mécanisme vous aidera à mieux vivre votre examen.

Mais je vais essayer de vous en simplifier les grandes lignes :

L’IRM repose sur la découverte de la résonance magnétique nucléaire qui utilise les propriétés de certains atomes présents dans notre organisme. Pour faire simple, l’appareil d’IRM possède un aimant de grande puissance, d’où le terme magnétique. La technique consiste à faire vibrer les noyaux d’hydrogène qui composent les tissus de l’organisme. Ces noyaux renferment en effet des protons qui vont agir comme autant de petits aimants. En vibrant, ils émettent des signaux qui vont être captés par une antenne puis être transformés en images. Imaginez qu’en créant un champ magnétique autour de vous, tous vos petits protons vont s’exciter comme des fous et que cette agitation va être enregistrée et transformée en images.

Par ce mécanisme, l’IRM permet une grande précision de ce que l’on appelle les tissus mous. C’est à dire tout ce qui n’est pas de l’os ou des dents, qui sont des tissus plus pauvres en hydrogènes, qui ont moins de petits protons et font donc moins de mouvements.

Ce que vous avez besoin de savoir :

1Pendant l’examen vous êtes allongé, comme vous pouvez le constater sur l’image. C’est le lit (plutôt une table) qui va bouger doucement pour passer dans le tunnel. Le tunnel est ouvert des deux côtés. Il est étroit et il y a de la lumière dedans. L’antenne aura été au préalable réglée sur la zone à explorer. Vous ne devez pas bouger pendant l’examen. Les mouvements de votre corps vont interférer lors de la traduction de l’image et provoquer ce que l’on appelle des artefacts. Les images de l’IRM seront alors illisibles. C’est pourquoi le manipulateur radio vous installera un objet qui va bloquer la zone de votre corps pour vous aider à ne pas bouger.

2L’IRM est un appareil très très bruyant. Il est devenu un examen banal et régulièrement prescrit. Cependant beaucoup de prescripteurs oublient de vous prévenir et vous pouvez être très surpris par le bruit. C’est souvent un élément gênant, voir angoissant mais complètement inoffensif. Vous devez vous imaginez une sorte de marteau piqueur qui martèle à intervalle régulier. On vous proposera des bouchons ou  un casque pour atténuer ce bruit. En étant prévenu, essayer durant l’examen de penser à un lieu dans lequel vous vous sentez particulièrement bien. Rester focaliser sur ce lieu durant toute la durée de l’examen. Un IRM dure environ 20 minutes.

3C’est un examen qui n’est absolument pas douloureux. Vous n’aller rien ressentir, absolument rien. La seule chose que vous percevez ce sont les mouvements du lit et le bruit du champ électromagnétique. Donc pas de stress inutile, c’est un examen sans douleur et sans risque. Contrairement au scanner, il n’utilise aucun rayon X. Il est donc absolument sans effet sur l’organisme. Parfois le manipulateur radio peut vous poser une perfusion pour vous injecter un produit de contraste. Ce produit peut vous donner une sensation de chaleur dans tout le corps.

Tout les éléments métalliques doivent être retirés avant de pénétrer dans l’appareil. Cela parait logique, avec la quantité d’aimant qui se trouve dans le tunnel, les pièces seraient immédiatement attirées et viendraient se coller aux parois. Il vous sera alors demandé de retirer tous bijoux, montre, piercing, appareil dentaire, auditif et autre objet métallique que vous portez.  Là où ça se complique, c’est pour les personnes porteuses de valves cardiaques métalliques ou de Pace Maker. Dans ces cas là, l’examen sera tout simplement impossible à réaliser. Il vous sera alors contre-indiqué. Les progrès de la médecine continuent et maintenant certains Pace-Maker deviennent compatibles avec les IRM.

5Vous n’êtes jamais seul pendant l’examen. Les manipulateurs radio ne peuvent pas rester près de vous, mais ils sont dans une cabine juste à côté. Il ne faut pas hésiter à les interpeller si vous ne vous sentez pas bien ou si vous avez besoin d’aide. Une sonnette sera à votre disposition. Un micro est présent dans le tunnel. Si vous avez froid vous pouvez demander une couverture. Sachez que quelqu’un de votre entourage peut rester avec vous pendant l’examen. On peut vous installer avec des coussins si la table est inconfortable.


LE SCANNER :

scanner

Le scanner contrairement à l’IRM utilise des rayons X. C’est un appareil de radiologie. C’est une révolution des années 70 car il va marier l’imagerie (tomographie) et la numérisation informatique pour permettre d’obtenir des images en 3D, là où avant, seul la radiographie en 2D existait. L’arrivée du scanner a été une révolution dans la médecine en termes de prévention, de précision de diagnostic et de qualité d’image.

Il se présente avec un anneau de 2 mètres de diamètre environ dans lequel coulisse le lit d’examen sur lequel vous prenez place. Vous n’êtes donc pas enfermé comme dans l’IRM. C’est dans cet anneau que se trouve le tube à rayon X et les capteurs. Les rayons vont traverser le corps de la personne et proposer des images en coupe. Un peu comme un saucisson qu’on découpe en rondelle. L’émetteur à rayons X va tourner et à chaque tour une image de votre corps est prise.

Les images sont visualisées sur un écran d’ordinateur sous forme de coupes. En les assemblant, on peut recréer une image en trois dimensions. Le scanner peut étudier les os, le cerveau, la cage thoracique, l’abdomen, le pelvis, le cœur. Plus accessible que l’IRM (il y a plus de machines disponibles), il revient moins cher. Mais ses indications ne cessent de diminuer au profit de l’IRM, non irradiant.

1Pendant l’examen vous êtes allongé sur une table, semblable à celle décrite pour l’IRM. Cette table rentre dans l’anneau. L’anneau est également équipé d’un micro pour pouvoir parler avec le manipulateur qui est dans la cabine et d’une enceinte pour pouvoir l’entendre. Pour certaines photos, le manipulateur peut vous demander de bloquer votre respiration quelques secondes.

2L’examen dure entre 10 et 30 minutes. Avant de rentrer dans la salle d’examen il vous sera demandé de retirer tous les objets métalliques, bijoux, montres, mais aussi appareil dentaire, auditif ou encore les lunettes. Il vous sera peut-être demandé d’enlever certains vêtements. Une blouse vous sera alors donnée.

3Le scanner est un examen silencieux et absolument pas douloureux. Comme pour l’IRM, il est important de ne pas bouger pendant l’examen pour ne pas flouter les images. Un petit bruit est entendu lors de la prise des photos. Vous pouvez, selon l’indication médicale, avoir une perfusion pendant le scanner. Cette perfusion sert à injecter un produit de contraste qui permet d’affiner la différence entre une anomalie et des tissus normaux ou encore pour visualiser la vascularisation cérébrale. Une réaction de chaleur dans tout le corps peut-être ressentie lors de l’injection de ce produit. Un mauvais goût dans la bouche peut aussi apparaître.

4Si vous avez vraiment besoin que quelqu’un reste avec vous, vous pouvez le demander. Il faudra alors qu’il porte un tablier de plomb pour protéger ses organes des rayons X. Il sera quand même exposé aux rayons X et les équipes de radio ne sont en général pas très favorable à cela. Mais si c’est vraiment important pour vous, vous pouvez le demander. Le manipulateur radio vous installera le plus confortablement possible pour l’examen, et pourra vous donner une couverture.

5 – Si vous vous sentez angoissé, le médecin peut vous prescrire un médicament pour vous détendre, à prendre 2h avant le scanner. N’hésitez pas en parler lorsqu’il vous prescrit le scanner.


Dans une cabine d’IRM ou de scanner, vous avez les manipulateurs radio, qui sont généralement ceux qui vous accueillent et vous installent. Ils connaissent les machines et les règlent avant l’examen. Puis vous pouvez apercevoir le médecin radiologue. Sa fonction a lui est d’interpréter les images, de les comparer avec d’anciennes et d’apporter une conclusion sur ce qu’il a observé. Vous pouvez très bien ne pas voir le médecin radiologue, surtout à l’hôpital. En cabinet privé vous serez plus susceptible de le rencontrer. Si vous avez vraiment besoin d’échanger avec lui, faites en part au manipulateur radio.

Vous l’aurez compris, ces examens sont importants pour affiner le diagnostic que le médecin a posé sur vos symptômes. Ce qui faut retenir dans cet article, c’est qu’il est important de communiquer sur ce que vous ressentez avant, pendant et après l’examen. Pour les manipulateurs radio et les radiologues, c’est leur quotidien, toute la journée de “faire passer” des scanners ou des IRM. Il peut s’installer une sorte de routine qui ne leur permet pas de toujours détecter la peur ou le stress chez le patient. N’hésitez pas à parler de ce que cela vous fait, de ce que vous ressentez, de ce dont vous avez besoin. Il sera alors plus simple pour eux d’essayer d’y apporter une réponse.

Cynthia


Je vous invite à lire un autre article que j’ai écris pour un autre blog, et qui décrit les 5 piliers pour rester zen à l’hôpital. Chargé de conseils précieux, il saura vous guider pour réduire le stress lié à l’hospitalisation.

Si vous voulez découvrir une vidéo humoristique sur le langage des soignants et l’incompréhension des patients, je vous invite à regardez cette vidéo sur ma chaine youtube :

Partager, critiquer, liker :
  •   
  •   
  •  
  •   

3 Comments

  • Michel

    Merci pour cet article très utile. En effet quand on n’est pas dans le milieu médical, on a vite fait de confondre ces deux appareils qui ont pourtant des fonctions bien différentes. Bravo et bon continuation!

    • Cylie

      Bonjour et merci de votre question. La nature du métal est très importante car pas tous les métaux réagissent au champ électromagnétique. Le risque étant principalement la surchauffe des tissus. L’importance de ces effets dépend de la nature du métal (conducteur/ferromagnétique ou non). L’or n’est absolument pas conducteur donc il n’y a aucune contre-indication.
      Pour le métal dentaire, couronne, implant etc …. Le matériel d’aujourd’hui est IRM compatible.
      Pour le plomb, appelé amalgame, la conduction qui est finalement très faible, son potentiel d’artéfact peut rendre l’image illisible, mais c’est surtout le risque de relargage de mercure dans l’organisme. Les études sont encore très précoce à ce sujet, mais il existerait “une fuite” de mercure en lien avec “l’excitation” des amalgames dentaires.
      Ce ne sont que des prémices d’études.http://www.thema-radiologie.fr/actualites/2101/l-irm-7t-favoriserait-la-liberation-du-mercure-contenu-dans-les-amalgames-dentaires.html

      En tout cas, d’un point de vue conduction, les dents en or et les métaux dentaires ne sont pas des contre-indications. D’ailleurs vos bijoux en or ou en argent (pur) peuvent être conservé durant l’examen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :