incertitude
Les soignants

L’incertitude

Conclusion du 2ème défi : 30 articles en 30 jours

30 histoires pour de vrai, des rencontres, des instants qui m’ont émerveillée, questionnée, émue, révoltée. Je vous ai livré dans ce défi ce qui me touche et ce qui me plait dans mon métier.
Si vous n’avez pas eu l’occasion de les lire, je vous invite à les découvrir ici avant même de poursuivre cet article 🙂

Comme pour le premier défi, j’ai eu envie de vous livrer “en live” mes impressions après ces 30 jours d’écriture. Je l’ai donc fait sous la forme d’un podcast, que vous pouvez télécharger et écouter quand vous le souhaitez, dans le métro, la voiture, chez vous, pendant une pause, bref quand vous le sentez.
J’aborde dans ce podcast l’incertitude. Grande amie (ou ennemie) de nos pratiques de soins, elle est partout où l’humain existe. Un médecin que j’apprécie beaucoup, Dr AUBRY, m’a dit un jour : Le patient puise son espoir dans les interstices de nos incertitudes. J’ai trouvé cela tellement vrai.
Lorsque l’on est authentique, congruent, à l’écoute, les patients nous remercient d’avoir face à eux quelqu’un qui doute, qui réfléchit, qui cherche pour lui la meilleure solution à ce qu’il traverse.
Quelle complexité nous apporte finalement la certitude, là où l’on imagine qu’elle pourrait nous apporter confort et simplicité.
N’avons-nous pas à faire une place à cette incertitude, qui nous est jamais présentée durant nos études ?
Je vous laisse découvrir la suite dans le podcast  …. Appuyer sur “Play” ou faites un clic droit pour le télécharger 🙂
Merci d’être là et merci de vos retours.
Cylie
Partager, critiquer, liker :
  •   
  •   
  •  
  •   

One Comment

  • Parent gaelle

    Très intéressant je travailles auprès de “personnes âgées” et très souvent nous et les familles ” pensons ” pour eux “décidons” pour eux, comme si le fait d’être âge faisait d’eux des personnes incapable de prendre leurs propres décisions et de faire leurs propres choix. Pour se donner bonne conscience on leur fait un MMS une batterie de test. Pour confirmer que l’on prend les bonnes decisions. Les familles eux jouent sur “si il lui arrive quelque chose vous serez responsable”. Mais oui il faut accepter d’avancer dans l’incertitude baliser le chemin et accompagner l’autre dans choix, qui sommes nous pour décider pour l’autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :